Réserve naturelle d'Ambly

Le Verger d’Ambly (24,33 ares), acquis par donation en 2009, constitue un réservoir de quelques vieux pommiers plantés en 1930. De nouvelles plantations (1 noyer, 2 cerisiers, 2 pruniers, 2 poiriers et 2 pommiers) ont été réalisées pour pérenniser le verger. Des clôtures de protection des arbres fruitiers ont été placées ainsi qu’une clôture de pourtour du verger afin que des moutons y assurent le pâturage et ainsi l’entretien de la parcelle qui était envahie de ronces et d’orties. Les arbres étant très vieux, de nouvelles plantations d’anciennes variétés de pommes sont programmées pour l’année 2013. Quelques nichoirs (chevêche, mésanges charbonnières et bleues, grimpereaux et semi-cavernicoles) ont été posés ainsi qu’un abri à hérisson.

 

Personne de contact : Marie-Françoise ROMAIN : 0499/626 996

Photo de René Dumoulin

LA SITELLE TORCHEPOT.

La sitelle torchepot fréquente les lieux habités de vieux arbres, vieilles forêts, vieux vergers, parcs,… C’est pour cette raison qu’elle est présente au vieux verger d’Ambly et qu’elle en est l’oiseau symbole.

Pendant l’hiver, la sitelle recherche sa nourriture parfois jusque dans les mangeoires. Si durant la belle saison, cet oiseau se nourrit essentiellement d’insectes, de larves, d’araignées, d’œufs, de chenilles et de petits mollusques qu’il trouve dans les anfractuosités des arbres, en hiver, il devient granivore se nourrissant de graines de tournesol et d’autres pitances. Son agitation fait bien souvent fuir les autres oiseaux. Mais même en hiver, la sitelle peut trouver de quoi se nourrir dans la nature car son régime est alors composé de graines de conifères, d'érables, de charmes, de tilleuls, faines, glands, noisettes, baies voire semences.

Sa silhouette est particulière : queue courte, corps trapu en forme de fuseau se prolongeant sans cou par une grosse tête munie d'un bec puissant et pointu. Le dos est gris-bleu, la gorge blanche, la poitrine et le ventre roussâtres ; un sourcil noir barre l'oeil. Elle n’est pas plus grande qu’une mésange charbonnière.

La sitelle torchepot est un oiseau attachant qui fait preuve d’originalité. D’abord pour la construction de son nid. Elle niche dans un trou de tronc d’arbre. Souvent, elle ne creuse pas ce trou elle même mais récupère un nid d’un oiseau plus grand qu’elle comme un pic,…. Et comme l’ouverture des nids récupérés est trop grande, elle en rétrécit l’entrée. C’est le travail de la femelle qui à l’aide de terre ou d’argile mélangée à la salive maçonne les chambranles du trou d’envol qui ne fera que 29 à 31 mm de diamètre de manière à en interdire l’accès aux oiseaux comme les étourneaux,…

Une autre originalité : cet oiseau est un remuant et infatigable grimpeur des arbres. Mais à la différence de tous les autres pics et grimpereaux, la sitelle torchepot est la seule capable de descendre d’un tronc ou d’une branche la tête en bas. Elle doit cette faculté à ses pattes courtes dont les doigts robustes sont armés de griffes puissantes.

L’année commence, pour les sitelles torchepots, en février, mois plein d’excitations, de fureurs, voire de combats féroces où les mâles revendiquent et tentent d’agrandir leur territoire. Ce domaine n’atteint souvent que quelques hectares dans une forêt, un parc ou un verger de vieux feuillus. Le couple uni pour une vie courte comme chez tous les passereaux, reste en général fidèle à son territoire et à son nid hormis les expéditions alimentaires vers les mangeoires en hiver.

L’entreprise de construction, de restauration et de déblaiement du nid commence en mars.

La ponte a lieu en avril-mai et compte généralement 6 à 8 œufs. Seule la femelle couve, le mâle lui apportant sa nourriture. L’incubation dure une quinzaine de jours. Le temps de nourrissage qui dépasse les trois semaines est exceptionnellement long pour un passereau.

Photo de René Dumoulin

Natagora Famenne

BNVS - Ostbelgien BNVS - Ostbelgien Natagora - Ardenne orientale Natagora - Ardenne centrale Natagora - Brabant wallon Natagora - Bruxelles Natagora - Centre-Ouest Hainaut Natagora - Entre Sambre et terrils Natagora - Entre-Meuse-et-Lesse Natagora - Entre-Sambre-et-Meuse Natagora - Famenne Natagora - Haute Sambre Natagora - Hesbaye médiane Natagora - Hesbaye Ouest Natagora - Lesse et Houille Natagora - Liège et Basse-Meuse Natagora - Lorraine Natagora - Ourthe-Amblève Natagora - Pays de Herve Natagora - Semois ardennaise Natagora - Marquisat de Franchimont Natagora - Haute Senne Natagora - Vesdre et Ourthe Natagora - Condroz Mosan Natagora - Coeur de Wallonie Natagora - Dendre-Collines
Natagora Lorraine BNVS - Ostbelgien Natagora Ardenne orientale Natagora Lesse et Houille Natagora Hesbaye mediane Natagora Hesbaye Ouest Natagora Entre Sambre et terrils Natagora Brabant wallon Natagora Bruxelles Natagora Seneffe - Braine-le-Compte Centre-Ouest Hainaut Natagora Haute Sambre Natagora Entre-Sambre-et-Meuse Natagora Vesdre & Ourthe BNVS - Ostbelgien Natagora Pays de Herve Natagora Marquisat de Franchimont Natagora Entre-Meuse-et-Lesse Natagora Famenne Natagora Ardenne centrale Natagora Semois ardennaise
Communes de la régionale :

Beauraing, Houyet, Marche-en-Famenne, Nassogne, Rochefort, Tellin, Wellin

Natagora, association de protection de la nature, se mobilise pour prserver la biodiversit des habitats naturels en Wallonie et Bruxelles. Pour cela, nous avons besoin de votre soutien !