La réserve naturelle de Revogne

1. Situation:

La réserve naturelle de Revogne d’une superficie avoisinant les 10 hectares se situe en grande partie sur l’ancienne commune de Honnay (commune de Beauraing) et pour le reste sur l’ancienne commune de Sohier (commune de Wellin). Elle se situe à la limite entre la Fagne-Famenne et la Calestienne, deux régions naturelles réputées pour être parmi les plus riches au niveau naturaliste en Belgique.

 

2. Description:

La réserve naturelle de Revogne se fond dans le paysage rural et bocager typique de la Famenne, par la présence d’anciennes haies vives, de ripisylves bien développées, de bosquets sur les sommets et de parcelles agricoles encore localement relativement extensives. En effet, la région est vouée, depuis longtemps, aux activités agricoles mélangeant les cultures et les pratiques plus herbagères sur des parcelles de taille encore raisonnable par rapport à d’autres régions de Wallonie.

 

Actuellement, la réserve naturelle est composée de 3 blocs bien distincts :

  • Le bois des Petites Tailles, est un bloc d’environ 5.5 hectares situé sur le plateau au-dessus du village de Revogne
  • Une ancienne coupe à blanc située à flanc de coteau sur une pente relativement raide (environ 2.25 hectares)
  • Des parcelles agricoles (prairies) situées le long de la Wimbe et de son affluent le Gongon, en aval de Revogne (environ 2 hectares).

3. Communautés végétales:

a) Le bois des Petites Tailles.

Ce bois est une forêt de type chênaie- charmaie sur calcaire composée d’essences presqu’exclusivement feuillues. Il présente un sous bois très dense et une structure qui s’apparente par endroit à du taillis ou du taillis sous futaie. Les espèces constitutives de la strate arborée sont des chênes, des hêtres, des érables, des frênes,….

En sous étage, un cortège intéressant de nombreuses espèces feuillues peut être observé : cornouillers, aubépines, noisetiers, charmes, ronces,….

Au printemps, le sol est couvert d’un véritable tapis de jonquilles, très joli, accompagné de mercuriales vivaces, brachypode des bois, euphorbe des bois, orchis mâle.

 

b) L’ancienne coupe à blanc.

Cette parcelle est une ancienne forêt de conifères, épicéas et mélèzes, sur un sol calcaire, mise à blanc en 2008.

 

Actuellement, elle est peuplée d’une végétation herbacée pionnière, accompagnée de fourrés et de jeunes arbres (bouleaux et saules) issus de la régénération naturelle ou de la banque de graines. Eupatoires, cirses des champs, épilobes en épis, petites centaurées, millepertuis, framboisiers font ainsi partie de ce couvert végétal de recolonisation.

 

c) Les parcelles agricoles.

Il s’agit pour l’essentiel de prairies de fauche peu à moyennement fertilisées situées en bordure de Wimbe. La végétation est très diversifiée et atteste de l’absence de fertilisation depuis de nombreuses années (voire depuis toujours ?). Certaines zones sont plus sèches, d’autres plus humides et dominées par de la végétation de type cariçaie à carex paniculata. Ces parcelles sont bordées de cordons d’arbres, haies vives ou ripisylves, dont les essences arborées sont très diversifiées.

Parmi ces parcelles, on constate la présence d’un petit triangle de prairie abandonnée à reines des prés. La flore y est haute, dominée par les reines des prés en bordure de Wimbe, par les eupatoires, cirses des marais, galeopsis et orties sur les parties plus drainées. Ce triangle est notamment bordé par deux gros chênes séculaires.

4. Flore:

La liste complète des espèces de la flore que l’on rencontre dans la réserve naturelle de Revogne est longue puisqu’elle compte 211 espèces. Cette liste comprend principalement des éléments de la flore supérieure. Aucun relevé des bryophytes, des lichens, d’algues ou de champignons n’a été réalisé jusqu’à présent.

Parmi ces espèces, certaines sont protégées notamment : le Bugle de Genève, l’Erythrée petite centaurée, le Bois-gentil, la Listère ovale, la Néottie nid d’oiseau, l’Orchis mâle, le Rosier tomenteux ou encore l’Epiaire dressée.

D’autres sont menacées ou rares comme par exemple : le Brome en grappe, la Laîche tomenteuse, le Camérisier, le Mélampyre des champs, l’Epiaire annuelle.

 

 

5. La faune:

a) Les insectes.

La réserve naturelle de Revogne, bien qu’encore assez réduite en taille, présente une diversité de milieux et de micro-habitats particulièrement riches. En effet, on y passe des lisières ensoleillées ou sous-bois dense, des habitats s’approchant des pelouses calcaires à un fond humide, des berges de ruisseau à un pré maigre très fleuri, des haies et ripisylves, une cariçaie,…. Tous ces habitats sont particulièrement attractifs pour la petite faune et en particulier les insectes. Les inventaires réalisés sont très partiels. Mais on peut citer une série de papillons assez rares comme par exemple le Tabac d’Espagne, l’Hespérie de la sanguisorbe, le Thécla du bouleau, le Demi-deuil, le Cuivré fuligineux et le Damier noir. A côté de ces espèces de la liste rouge, 26 espèces de papillons de jour ont été observés dans la réserve naturelle.

 

b) Les oiseaux.

Le Tarier pâtre occupe des friches et talus herbeux comme ceux présents dans la réserve naturelle. La Cigogne noire est régulièrement observée dans la région et peut trouver refuge dans les parcelles bordant la Wimbe. En tout, 42 espèces d’oiseaux ont déjà été recensées dans les parcelles de la réserve naturelle, ce qui est un nombre important au vu de la petite taille des parcelles. Cette liste ne fera que grandir avec le temps grâce à une gestion appropriée des milieux et à des inventaires supplémentaires.

 

 

Photo de Jean-Louis Gathoye

c) Les chauves souris.

La réserve naturelle de Revogne joue un rôle à l’échelle locale pour la protection de la faune et plus particulièrement pour les petits Rhinolophes, chauves-souris présentes au château proche. Cette chauve-souris est l’un des mammifères les plus menacés de Belgique, il est considéré aujourd’hui en danger critique d’extinction. Sur l’ensemble du Benelux, la Wallonie constitue le dernier bastion pour cette espèce ayant disparu partout ailleurs. Ceci est d’autant plus alarmant que c’était dans les années 1950-60, l’espèce la plus fréquemment rencontrée dans les gîtes d’hiver. La population de Wallonie est estimée à l’heure actuelle à moins de 200 individus. Nous vous parlerons de cette espèce, symbole de cette réserve naturelle plus complètement ci-dessous.

 

 

 

Par ailleurs, d’autres espèces de chauve-souris rares sont présentes dans les environs immédiats de la réserve naturelle, telles le grand Rhinolophe, le grand Murin, le Vespertilion à oreilles échancrées ou le Vespertilion de Bechstein. Toutes ces espèces peuvent bénéficier des différentes parcelles de la réserve naturelle de Revogne comme terrains de chasse, soit estival, soit lors des transits entre les gîtes d’été et d’hiver.

Petit rhinolophe. Photo de Rollin Verlinde

 

La réserve naturelle de Revogne – pour sauver une chauve souris, le petit rhinolophe

Le petit rhinolophe est une chauve souris au triste record.  En 1950, ils étaient environ 300.000. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 200.

Cette dégradation des effectifs en fait l’un des mammifères les plus menacés de Belgique. En cause, les grandes monocultures, l’utilisation importante des insecticides, l’arrachage des haies, l’urbanisation,… Il est grand temps d’agir pour sa conservation.

Le petit rhinolophe est une des plus petites chauve souris de nos régions. Il pèse entre 6 et 10 grammes ! Il porte un replis de peau en forme de fer à cheval sur le nez. Cela lui sert à orienter les ultrasons qu’il émet. Comme les autres chauves souris, les rhinolophes s’orientent et capturent les innombrables insectes dont ils se nourrissent grâce à ce système.

Que peut-on faire concrètement pour sa protection ?

  • Planter des haies indigènes et ne pas arracher les existantes
  • Laisser les haies se développer en hauteur
  • Réduire voire annuler l’emploi des pesticides
  • Préserver les vieux vergers, les arbres isolés, les alignements d’arbres, les buissons, les bosquets,…

Et si vous êtes agriculteur :

  • Appliquer les mesures agri-environnementales
  • Mettre en place des bandes extensives
  • Laisser un rideau d’arbres le long des cours d’eau, des mares,…
  • Eviter les traitements anti-parasitaires ou privilégier ceux à courte rémanence Privilégier les prairies permanentes.

Et si vous êtes forestier :

  • Privilégier les essences de lumière indigènes
  • Favoriser une structure étagée de la forêt et un mélange d’essences
  • Développer des lisières feuillues et étagées
  • Eviter les grandes coupes à blanc
  • Entretenir les petits chemins en forêt.

Le programme Life prairies bocagères a dans ses objectifs la protection de cette espèce. Voir par ailleurs sur notre site.

Pour plus de renseignements : www.chauves-souris.be

 

Et si vous souhaitez en savoir plus sur cette très belle réserve naturelle, nous vous invitons à prendre contact avec son conservateur Marc Paquay : paquaymarc(at)skynet.be

Natagora Famenne

BNVS - Ostbelgien BNVS - Ostbelgien Natagora - Ardenne orientale Natagora - Ardenne centrale Natagora - Brabant wallon Natagora - Bruxelles Natagora - Centre-Ouest Hainaut Natagora - Entre Sambre et terrils Natagora - Entre-Meuse-et-Lesse Natagora - Entre-Sambre-et-Meuse Natagora - Famenne Natagora - Haute Sambre Natagora - Hesbaye médiane Natagora - Hesbaye Ouest Natagora - Lesse et Houille Natagora - Liège et Basse-Meuse Natagora - Lorraine Natagora - Ourthe-Amblève Natagora - Pays de Herve Natagora - Semois ardennaise Natagora - Marquisat de Franchimont Natagora - Haute Senne Natagora - Vesdre et Ourthe Natagora - Condroz Mosan Natagora - Coeur de Wallonie Natagora - Dendre-Collines
Natagora Lorraine BNVS - Ostbelgien Natagora Ardenne orientale Natagora Lesse et Houille Natagora Hesbaye mediane Natagora Hesbaye Ouest Natagora Entre Sambre et terrils Natagora Brabant wallon Natagora Bruxelles Natagora Seneffe - Braine-le-Compte Centre-Ouest Hainaut Natagora Haute Sambre Natagora Entre-Sambre-et-Meuse Natagora Vesdre & Ourthe BNVS - Ostbelgien Natagora Pays de Herve Natagora Marquisat de Franchimont Natagora Entre-Meuse-et-Lesse Natagora Famenne Natagora Ardenne centrale Natagora Semois ardennaise
Communes de la régionale :

Beauraing, Houyet, Marche-en-Famenne, Nassogne, Rochefort, Tellin, Wellin

Natagora, association de protection de la nature, se mobilise pour prserver la biodiversit des habitats naturels en Wallonie et Bruxelles. Pour cela, nous avons besoin de votre soutien !